Nous protéger en respectant la Loi.

Gaston

Gaston

(Le coup de gueule de Gaston)

Un animal abandonné plusieurs jours sur un balcon, un autre percuté par une voiture, un chien attaché au soleil, sans eau, un chat aspergé d’acide, …………. .
Vous râlez quand les maltraitants ne sont pas poursuivis, ou pas assez condamnés !
Vous vous plaignez que la loi est trop clémente pour nos bourreaux.
Mais que faites vous contre ça ?

Ces lois datent du début des années 90 et vous ne les utilisez pas !
Pourquoi voudriez vous que l’un des gouvernements qui se sont succédés depuis s’intéressent à nous si vous n’utilisez pas les moyens a votre disposition pour nous défendre ?
Et savez vous que des tas de plaintes n’aboutissent jamais.
Ce n’est pas parce que la Justice s’en fiche ou est laxiste !
NON, c’est juste parce que la plainte n’était pas étayée ! pas de photos, pas de témoignage sérieux …… un dossier vide !
Savez vous aussi que des plaintes peuvent se retourner contre vous parce que vous avez forcé un portillon ou sauté un grillage ? et que deviendra le loulou, une fois rendu à son propriétaire ? vous croyez qu’il aura double dose de croquettes ?
Parfois, ce qu’on croit être une solution est pire que le mal.

Que faire ?

Quand vous êtes témoin d’un acte de cruauté ou de malveillance, prévenez au plus vite votre association qui pourra intervenir directement ou préviendra un enquêteur d’une association nationale. Faites des photos, des vidéos, avec votre téléphone portable, mais sans vous mettre vous-mêmes en danger, prenez les coordonnées des témoins.
En cas de danger immédiat pour l’animal , vous pouvez prévenir les autorités en composant le 17 (afin de laisser une trace), mais il n’est pas dit qu’elles interviennent dans la minute…. N’hésitez pas à vous rendre à la gendarmerie ou au commissariat et demandez a déposer une main courante . Ensuite transmettez a votre association le numéro, la date et l’heure indiqués sur le registre. C’est un élément important du dossier qui sera constitué lors du dépôt de plainte.

En aucun cas n’intervenez vous-même. Les maltraitants ne sont pas violents que sur les animaux.
Laissez intervenir les enquêteurs qui sont formés pour cela.
Et quand, enfin, on pourra lire dans la presse que des maltraitants sont condamnés, quand la défense des animaux sera considérée comme une affaire de civisme et non pas seulement d’émotion, nous vivrons un peu mieux, grâce à vous.
Gaston
(traduit par Philippe)

Ce contenu a été publié dans Protection. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *